Essai du Vagabond XL de Hacker Model

Vagabond XL de  Hacker Model

Plus grand … mais plus performant ?

Texte : Pierre Rondel, Photo : Joël Marin et Pierre Rondel

Introduction


Un an après la sortie et le succès du Vagabond, un planeur de VTPR en EPP,  Hacker Model a décidé de sortir une version revisitée et plus grande baptisée XL, avec une envergure de 2m au lieu de 1.50 m. Quand j’ai vu l’annonce, je me suis d’abord posé la question de l’intérêt d’une telle augmentation d’envergure et si le Vagabond n’allait pas perdre en agilité. C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet essai.

En quoi est-il diffèrent ?

Outre l’envergure,  la longueur de fuselage est identique. Si l’on dispose côte à côte les 2 fuselages, on s’aperçoit que le fuselage du XL est plus haut et offre plus de surface latérale. La dérive est aussi plus grande. Le servo de profondeur a été déplacé à l’arrière, juste à quelques centimètres du stab. C’est une petite déception car les premières photos et description laissaient entrevoir l’utilisation d’une poulie permettant d’avoir des débattements énormes de + / – 90°.  Je ne connais pas la raison pour laquelle cela a été abandonné pour être remplacé par une commande plus conventionnelle, probablement un problème économique ou alors de mise au point. Les ailes utilisent le même profil, dérivé du SB96V, mais sont donc “étirées” à 2m. Aux saumons, les ailerons ne font pas loin de 50% de la corde !!! Pour finir, le Vagabond XL n’existe qu’en version entoilée contrairement à son petit frère.

Un kit de qualité 


Nous y sommes habitués avec Hacker Model, la qualité est au rendez-vous et le kit très complet. Soigneusement disposé dans sa boite on trouve d’abord les ailes, pratiquement terminées puisque il ne reste plus que l’installation des servos et commandes à effectuer. Elles sont recouvertes d’un film de lamination à  chaud

Le fuselage, quant à lui, arrive non entoilé et demande un peu de travail, comme insérer les joncs carbones pour le rigidifier, la gaine plastique pour la commande de dérive, la platine radio ou la nervure centrale, la pose du stab et de la dérive. La poutre arrière possède maintenant un « tunnel » pour le passage du fil de servos de profondeur vers la platine avant et le récepteur. L’empennage, de type monobloc est identique à celui de Vagabond à quelques petits détails près et n’est toujours pas démontable. Finalement, coté conception du kit, à part ce servos de profondeur situé sur la poutre arrière, pratiquement rien n’a changé, mais pourquoi le faudrait-il nécessairement si  le kit est bien conçu ?

Un montage rapide ...


Je ne vais pas trop m’étendre sur l’assemblage car celui-ci est très similaire à celui du Vagabond. Etant donné que le fuselage nécessite plus de travail, j’ai donc commencé par ce dernier. Cela commence par faire une saignée, puis insérer et coller à la cyano les joncs carbone servants à rigidifier la poutre arrière. Pendant cette opération il est important de garder le fuselage bien droit et éviter toute déformation.
La nervure centrale est ensuite positionnée au centre du fuselage et ajusté avec précision, à l’aide d’un réglet. Une fois parfaitement positionnée, elle est collé avec de la cyano. Une petite pièce en CTP vient ensuite de collé au-dessus. Elle sert de guide pour la corde à piano en U inversé servant de verrouillage des ailes.
La platine radio peut maintenant est collé en place, toujours à la cyano. Pour le servos de direction qui se situe sur la platine, j’ai utilisé un vieux mais costaud servos analogique de 15mm avec pignons métal. J’ai aussi ajouté quelques petits blocs de samba collés autour du récepteur pour le bloquer latéralement. Petite touche supplémentaire, un petit support en bois sur lequel vient se visser l’interrupteur afin d’éviter qu’il ne se balade.
Du côté du stab, j’ai été un peu paresseux cette fois. Sur le Vagabond, j’avais effectué une modification pour rendre le stab démontable. C’était particulièrement pratique. Cette fois ci, j’ai suivi la notice et collé les 2 demi-stabs autour de la pièce centrale, bien à plat sur un chantier plan, en ayant préalablement vissé le guignol sur l’emplanture d’un des demi-stabs. Une fois sèche, le tout vient se coller sur le fuselage, à la cyano. On peut ensuite coller la dérive en faisant bien attention à la mise en croix.
Pour la profondeur, j’ai utilisé un servo de la classe des 9/12g, pignon métal et digital afin d’avoir de la puissance et de la précision. La commande est une corde à piano. Le servos est collé en place à la cyano, une petite platine servo en CTP aurait été le bienvenu pour une meilleure tenue et sécurisation du servos.
Passons aux ailes: étant donné l’énorme surface et corde des ailerons, j’ai choisi d’utiliser un servo de 15mm d’épaisseur, pignon métal, même si la contrepartie est qu’il dépasse un peu de l’épaisseur de l’aile. Je n’ai pas eu besoin d’utiliser les bras de servos (fournis) à coller sur les palonniers, possédant encore des palonniers de grand dimension et robuste. La seule précaution lors du montage est de bien calculer la longueur de rallonge de fil de servos pour pouvoir atteindre le récepteur situé plutôt sur l’arrière de la platine. Dernier point, je n’ai pas installé les winglets en coroplast noir en bout d’aile, pas convaincu de leur utilité.
Contrairement au Vagabond standard, le XL s’accommode très bien d’accus 2000 mAh Eneloop (4 éléments), ce qui permet d’envisager un temps de vol important.
Au final, le poids en ordre de vol est de 830gr, soit un peu plus que le poids indiqué sur la notice, mais ce qui reste léger vu la destination du modèle.

Direction la pente!

La fin de l’été et l’automne 2015 ont été particulièrement doux et propice aux sorties en montagne dans les alpes, alors nous avons pu voler beaucoup et avons eu l’occasion de comparer cette version XL avec la version standard, 50cm plus courte en envergure, car j’ai bien compris que c’était la question récurrente dès que l’on parlait du Vagabond XL !
Pour être tout à fait honnête avec vous, j’étais un peu sceptique sur cette envergure de 2m combinée avec un fuselage court. Mais rapidement après quelques minutes de vol, mes doutes se sont envolés : Le Vagabond reste très agile, mais nécessite une vitesse de vol un peu plus élevée pour rivaliser avec son petit frère, ce qui est compréhensible.
Avant que j’oublie, je voulais signaler que j’avais programmé 50% d’exponentiel sur la profondeur afin d’assagir le pilotage autour du neutre et pouvoir ainsi suivre des trajectoires plus propres. Vous pouvez aussi utiliser un double débattement activable par un inter. Bon, revenons à notre planeur en vol : dans les petites conditions, le Vagabond XL montre de bien meilleures disponibilités que son petit frère, sans pour autant rivaliser avec le Swift du même fabricant plus léger et capable de voler dans du presque rien. Ce n’est pas grave car ce n’est pas ce qu’on lui demande !
Dès que le vent augmente un peu, on entrevoit alors clairement les gènes du planeur, manœuvrant à souhait, vif, précis, mais aussi pouvant avoir un vol tendu et stable à vitesse soutenue (pour une mousse). 
Toutes les figures simples ou plus compliquées passent facilement et le vol dos tient sans effort une éternité. Les ailes ne se fléchissent pas trop grâce au longeron en pin qui court sur toute l’envergure.
Les figures manquent comme à l’accoutumé d’amplitude en raison de la faible charge alaire et donc du manque d’inertie, mais cela monte quand même mieux que le petit frère.  J’ai trouvé le vol tranche beaucoup plus accessible et facile avec le Vagabond XL grâce à sa surface latérale très généreuse.
Le flip n’est pas possible à cause du débattement max de la profondeur limité par la course du servos en attaque directe. On arrive dans le meilleur des cas à faire un tour de flip en attaquant avec un peu de vitesse puis en tirant progressivement sur le manche en début de figure, puis en allant en butée dans la suite de la figure. 
Ensuite pour le reste je dirais que tout dépend de l’imagination et des limites du pilote et enfin de son inspiration. Il y a vraiment de quoi se faire plaisir, voir même sombrer dans une certaine addiction !
Globalement, on peut aisément conclure que le Vagabond XL possède un domaine de vol plus large que la version de 1.5m d’envergure, commençant à voler avec moins de vent et pouvant tenir dans un vent plus soutenu. Il transite mieux, a un vol plus tendu, une vitesse d’évolution plus importante. A l’opposé, il est peut-être moins à son aise dans du vrai VTPR, quand vous volez au contact, dans un volume restreint. Ceci étant dit, je préfère finalement la version XL qui permet d’avantage de varier les plaisirs, en alternant différente façon de voltiger entre voltige académique et acrobaties débridées, « carving »  ou « half pipe » à la pente.



Mieux que 1000 mots, voici 2 vidéos tournées l’automne dernier qui vous donneront, je l’espère, une bonne idée des qualités de ce planeur:






Il faut conclure

Finalement, Hacker Model n’a pas réellement remplacé le Vagabond, mais plutôt offre un nouveau modèle à son catalogue, avec quelques différences visibles en termes de performance en vol. Le kit est d’une qualité sans surprise, mon seul regret étant l’absence de stab démontable et de poulie pour la commande de profondeur. Il n’en demeure pas moins que le Vagabond XL est extrêmement joueur, vous apportera beaucoup de sensations, testera vos limites. Personnellement, j’adore alterner quand c’est possible les vols avec cette mousse et mes planeurs de compétition !

J’ai aimé :
  • Domaine de vol
  • Kit de qualité
J’ai moins aimé
  • Stab non démontable
  • Pas de poulie pour la profondeur
Caractéristiques :
  • Envergure 2010mm 
  • Longueur: 990mm
  • Cordes : 235 mm / 130 mm
  • Surface alaire : 36.5 dm2
  • Poids: 830gr
  • Charge alaire : 23 g/dm2
  • Fabricant: Hacker Model 
  • Prix: ~ 150 euros 
Réglages :
  • CG: 100mm (92 to 100mm)
  • Ailerons : + 40 mm  - 30 mm 
  • Dérive : + / - 60 mm
  • Profondeur :  + / - 70 mm (Exponentiel obligatoire)

Comments

  1. Thank you for the quality of the footage, it is very rare, and the landscape astonishing. It is increasing the pleasure to look the evolution of this nice model. Papy Kenya

    ReplyDelete
  2. Bonjour ! merci pour toutes ces infos qui m'ont beaucoup aidées dans le choix et le montage du vagabond xl !
    Voici une vidéo de mes débuts avec la machine :

    https://www.youtube.com/watch?v=SrBz3HM6XIY

    Merci et bons vols !

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

JETI transmitter released !

JR Propo XG8 DMSS Overview

CoG Machine